vendredi 3 février 2017

Sans éponge, essuie tout, coton, ni tawashi

Les éponges, c'est pas super écolo, on le sait : ça s'abime vite, c'est jetable à souhait, c'est pas très hygiénique en plus. Mais comment les remplacer ? 

La mode actuelle est aux tawashi. 
Pour celles et ceux qui débarquent les tawashi sont des éponges faites maison réalisés en tissage ou en crochet, avec de la laine ou des t-shirts de récup.
Le tawashi c'est génial : c'est facile à faire (y parait) et c'est lavable et tout.

Ouais ben, ça à beau être japonais, pour une fois, ça m'inspirait pas. 
Déjà, j'ai pas de t-shirt à dézinguer, et aucun crochet à la maison. Pas envie de me faire un métier exprès pour ça.
Et puis je sais pas vous mais moi ça : 

Photo prise ici, un article complet sur les tawashi
si néanmoins vous souhaitez en fabriquer.

Ça reste un truc qui pendouille tout mouillé pour sécher et qui doit contenir plein de cracrasseries et d'humidité accumulée.

Ce sont une fois de plus les coupains de La bienveillance en famille qui sont venus m'inspirer à bon escient.
Ils affirmaient avoir remplacé leurs essuies-tout par des morceaux de serviettes éponges. 
J'ai trouvé l'idée très bonne et surtout, je ne me suis pas limitée au remplacement des essuies-tout.

Il se trouve que par chance, j'ai hérité de ma grand-mère de tout un stock de mini serviettes éponges qui sont parfaites, mais les vieux bavoirs, les gants de toilettes usés ou tout autre chose font très bien l'affaire aussi.

Ces petites merveilles remplacent donc avantageusement éponges, essuie-tout et coton, vu que de petits morceaux de serviette font aussi très bien l'affaire pour démaquiller et débarbouiller en lieu et place des cotons de soins quotidien (je ne parle pas des cotons de la pharmacie, c'est autre chose).

C'est lavable, efficace, ça ne demande pas forcément de compétences de fabrication (mais si vous êtes une adepte de la machine à coudre, il y a moyen de faire de jolies choses bien proprettes).

Adopté à 100% à la maison.

 

2 commentaires:

  1. Gwen et toi vous vous êtes données le mot pour me faire abandonner les tawashis ?!! Bon j'ai bien bavé sur les pads vantés par gwen mais leur pris m'a nettement moins fait saliver. Par contre des petits carrés d'éponge fanchement ça m'a l'air pas mal ! J'ai bien un gros stock de serviettes éponges franchement usées mais tant qu'elles ne sont pas remplacées par des neuves je ne vais pas encore les recycler... Bon en attendant je mijote une manière de faire (des couleurs différentes de couture pour différencier débarbouillettes à frimousse et lavettes à vaiselle, des tailles différentes en fonction des usages...). Donc pour l'instant je garde mes tawashis (aussi tendance soient-ils je ne connais personne de mon entourage qui les utilise) même si j'y vois après lecture de ce billet un nid à miasmes et à germes (c'est d'ailleurs pour ça peut-être que personne ne les utilise autour de moi...). Je me rassure en me disant que ma rotation de tawashis est assez bien rodée et que du coup ils passent vite en machine à laver. En plus comme j'ai un gros stock de chaussettes ayant perdu leur jumelle (un stock vieux de 8 ans c'est pour dire ! oui oui j'avais encore l'espoir de reconstituer des paires, je suis résolument optimiste !), il m'est facile de piocher dedans pour fabriquer des petits tawashis propres. La fabrication du métier m'a pris à peu près 5 min et j'ai acquis un certain savoir faire je dois dire (quelle largeur de bandes en fonction de la matière pour avoir un tawashi assez dense mais pas trop serré non plus...).
    Je sens que je vais peu à peu reconstituer mon stock de serviettes éponges. J'avoue : tu m'as convaincue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'avantage en tous cas c'est que si tu veux tester, ça n'engage pas à grand chose. Tu prend un vieux gant de toilette et tu vois si ça te conviens.
      Après si les tawashi ça te plait, c'est que c'est ce qui te convient. Mais j'avoue que comme toi, j'en entends beaucoup parler mais je vois peu de personnes les utiliser vraiment.

      Supprimer

Désormais pour me suivre, c'est par là