lundi 12 juin 2017

Petite info, pour un temps donné, c'est désormais sur facebook que les choses vont de passer.

Après avoir décanter mes envies et envisager plein de choses (même la vidéo), ce qui me convient le plus c'est le format très court (1 post/1info) sur facebook.

- 1 c'est plus simple à gérer et moins chronophage
- 2 c'est tout aussi impactant voir plus que des articles à rallonge.

Alors je m'excuse d'avance pour les personnes qui ne sont pas inscrites sur ce réseau social.
Après, inscrit ou pas, vous pouvez toujours me trouver ici :fb.me/mamandalalere - il n'y a aucun critère de confidentialité.

mercredi 8 février 2017

Notre gestion des bonbons

"Je vous ai apporté des bonbons
Parce que les fleurs c'est périssable
Puis les bonbons c'est tellement bon
Bien que les fleurs soient plus présentables
Surtout quand elles sont en boutons
Mais je vous ai apporté des bonbons"



Arf, les bonbons.

Présence d'éléments cancérigènes
Surdose de sucre
Troubles du comportement : augmentation du stress, diminution de l'attention, hyperactivité
Présence de colorants à base d'hydrocarbures
Obésité
Diabète
Hypercholestérolémie, l’hypertension artérielle, exposition aux maladies cardiaques et à des risques d’AVC
Caries et détérioration de la dentition
Addiction
Accélération du vieillissement des cellules

Voui, tout ça dans les bonbons et pourtant, dès qu'un adulte veut faire plaisir à un enfant, il fait quoi ?
Il lui donne un bonbon.

Difficile de les préserver de ce fléau, hein ? Voici comment nous gérons les choses à la maison.

Pendant longtemps, la solution était simple : pas de bonbons. C'est encore souvent le cas.
Donc des bonbons, il n'y en a pas tous le temps à la maison.

En hiver cependant, nous faisons le plein de bonbons à l'eucalyptus et aux bourgeons de pin, ainsi que de tisane de bonbon pour affronter l'hiver à la Confiserie des hautes vosges de Planfaing (pas très loin de chez mes parents).
Cette année, grande première, nous avons aussi acheté quelques douceurs pour Minimog (et pour les parents, leurs bonbons réglisse et coquelicot sont à se damner !).
Ce sont les seuls bonbons présents chez nous : fabrication locale et artisanale (on peut d'ailleurs visiter gratuitement la fabrique) et bonbons uniquement fabriqué à base de sucre, sirop de glucose et huiles essentielles ou arômes naturels.

Quant à la consommation, j'ai adopté la solution d'Isabelle Filliozat : un jour des bonbons.
Le mercredi c'est le "jour des bonbons". Ce jour, Minimog peut en consommer autant qu'elle le veut (je lui conseille cependant d'être à l'écoute de son corps pour poser une limite), mais ce jour uniquement.
Croyez-le ou non, elle est raisonnable, et cela l'a amené à vraiment écouter ses réactions. Elle en prend souvent tout un tas qu'elle ne consomme jamais en entier parce que "Maman, mon ventre il me dit stop".
Souvent même, elle oublie.

Halloween ? Pour l'instant on ne fait pas la chasse aux bonbons, on fête en famille.

L'extérieur ? Comme pour la télé, je ne m'en mêle pas. Comme c'est raisonné à la maison, je peux laisser libre court aux écarts sans me prendre la tête chez les autres.

Ma seule intervention fut à l'école. L'école de ma fille autorise les anniversaires en classe. Minimog fut la première, nous avions fait un gâteau, et nous avions offert un cadeau à la classe (l'an dernier, des puzzles zoologiques Montessori). Et puis sont arrivés les autres anniversaires et à partir du mois de décembre, ma fille est revenue avec un sachet de bonbons. Ah !? Et puis un autre et un autre, et en fait, tous les anniversaires suivants. Et les sachets étaient de plus en plus gros. Même la nounou était d'accord pour dire que les parents semblaient s'être lancés dans une surenchère débile à qui donnerait plus que celui d'avant.
Du coup, à la réunion de rentrée cette année j'ai soulevé le problème, me disant que j'allais soulager tout le monde en mettant les pieds dans le plat pour oser dire "sortons de cela, on a rien à prouver hein ?".
Et bien figurez-vous que je n'ai rencontré aucun soutien ni même sympathie de la part des autres parents. Je me suis même fait vannée !!
Il n'empêche que la maitresse m'a dit "je crois qu'il vous on quand même entendu, les sachets sont quand même moins gros". Ce qui est vrai, même si moi j'aurais préféré qu'elle-même dise : "On accepte pas les distributions de bonbons à l'école" mais bon....
Du coup les bonbons récoltés à l'école vont dans la boite des bonbons pour "le jour", souvent elle les y oublie, bizarrement ils disparaissent (pas tous, ce serait louche) et ils ne manquent à personne.


Notre gestion des écrans

"Trapped in a box, four walls as sky
Got a screen for a window about two feet wide
My mind rides and slides as my circuits are
fried
No room for thought, use the box as my guide"

 

Ah la télé ! Que dis-je ? Les écrans !
Le diaaaaable !!

On est tous devant à longueur de journée (où suis-je moi-même en ce moment ?) mais on est tous d'accord pour dire que c'est pas bien.

Dans un sens, c'est vrai, les écrans à la base, c'est pas génial : c'est mauvais pour les yeux, le cerveau, ça nous abreuve d'images hypnotiques et nous place dans un statut de récepteur inactif ou actif et occupé à faire quelque chose de pas très utile à la place de quelque chose de forcément mieux.
Pour les enfants c'est encore pire : de l'obstacle à l'incarnation et aux apprentissages kinesthésiques indispensable aux jeunes enfants à l'addiction chez les ados, ça donne assez peu envie.
Logiquement, c'est comme la cigarette, au vu de leur casier judiciaire, on devrait tout simplement les bannir, et pourtant ils sont partout.

C'est qu'on y trouve bien quelque chose d'intéressant à ces écrans. Moi je trouve que, bien utilisés, ils apportent aussi leur lot de magie, de rêve, de créativité, d'évasion, d'apprentissage (si,si, j'étais mauvaise langue : ma fille a appris un tas de choses grâce à la télé).

Enfin bref, je vais pas m'étendre sinon ce sera un article pour Maman'dala et Petit Chou. ^_^

Je venais ici d'abord pour évoquer notre outil de gestion du temps passé devant les écrans.

Enfin pas seulement un outil justement, il y a un contexte :

- 1 : Nous parents

Exemplarité, exemplarité....
Je passe(très)  peu de temps devant les écrans en présence des enfants et mon homme aussi (à sa façon....).
Nous avons une télé, qui sert aux jeux vidéos et aux dessins animés de Minimog, mais elle n'est pas dans le salon mais dans une pièce à part (la future chambre supposée de mon fils en l’occurrence).
L'ordi aussi d'ailleurs.
J'ai depuis peu un portable et même un smartphone, (oh yeah!) mais je ne m'en sers pas pour autre chose que téléphoner et envoyer des SMS (et c'est déjà assez chronophage comme ça !!). A un moment donné je m'en servais aussi pour le net mais quand j'ai compris que je devais donner accès à mes données perso pour ça et que j'ai vu les visionnages compulsifs que ça engendrait j'ai laissé tomber. Mon mari en revanche lui n'a pas cette barrière.... Mais comme il n'est pas souvent là c'est moins grave ^_^. huhu !
Je ne réponds pas au téléphone quand nous sommes à table (à table les téléphones sont bannis), et parfois même quand je suis occupée avec quelqu'un. 

- 2 eux, enfants :

On essaye de gérer une introduction raisonnée aux écrans en fonction de l'âge de nos enfants.
Pour avoir des repères en la matière, je vous renvoies aux 3,6,9,12 de Serge Tisseron, que j'ai eu la chance de voir en conférence et je vous invite à y aller si vous en avez l'occasion. Je ne ferais pas ici un résumé des principes intéressants que j'en ai retiré sinon ça sera vraiment un article pour Maman'dala et Petit Chou. ^_^
Pas de chaînes de télé à la maison et un bloqueur de pubs sur l'ordi. Pour moins d'exposition à la publicité, une sélection active des programmes et aussi pour bien indiquer que la télé ça a un début et une fin (les chaines de dessins animés non stop, non merci).
Et donc nous sélectionnons les programmes télé, dont la liste à été mise à jour sur la page médiathèque.
Edit suite à un commentaire de lectrice : nous n'avons pas de tablette (à quoi servent ces machins?) et nous n'utilisons pas d'appli pour les enfants (ni pour nous non plus d'ailleurs). Je sais que des parents en utilisent pour des visées pédagogiques, mais j'avoue que là on entre dans un domaine où je n'y connais strictement rien et qui ne m’intéresse pas.

Et donc donc, nous avons mis en place un système de gestion du temps passé devant les écrans.
Je souhaitais quelque chose qui limite le temps, mais qui soit malléable, qui offre une certaines autonomie de gestion à une gamine de 4 ans et qui lui permette de vraiment percevoir ce temps pour elle qui n'en a qu'une notion assez fouilllie. Après deux ans de recherche je touchais au but mais ne trouvais pas  ZI outil, quand Charlie m'a donné l'idée....
des sabliers !


 Donc Minimog dispose de 6 sabliers d'1/2 heure pour la semaine (ça fait donc 3 heures : bravo, vous savez encore compter ;-), l'équivalent de 2 films). A répartir comme elle le souhaite en suivant toutefois 2 règles :
- pas de télé les jours où elle va chez sa nounou (car elle y regarde déjà la télé)
- pas de télé le soir et encore moins avant de se coucher. La seule exception que l'on fait à cette règle c'est quand on a des invités ou que l'on est invités, qu'il est tard, que les enfants deviennent incontrôlables et que la seule chose qui nous permet d'éviter les drames c'est de les coller devant la Reine des Neiges pour deux heures de sérénité entre adultes (bien méritées, na !).
Et le temps est le même pendant les vacances !!

Après quelques mois d'utilisation c'est totalement concluant. Minimog a vite adopté le système et cela a eu un impact positif sur sa pratique. Si les premières semaines, nous arrivions souvent le samedi sans plus aucun sablier, désormais il arrive (pas souvent mais de temps en temps quand même) qu'on ait du rabe en fin de semaine et que l'on passe des jours libres sans aucune demandes de télé !

Ceci est bien sûr notre gestion, à chacun la sienne.
Et si cela pourra sembler assez strict à certains d'entre vous (et pas assez pour d'autres), dites vous qu'en vrai, on est pas aussi rigides. Je ne compte pas dans les sabliers les moments où ma fille regarde le téléphone de son père quand il lui met une chanson de Vaiana par exemple.
Et puis on a nos principes,... et ce qui se passe en vrai. Je m'étais dit "pas de télé avant 3 ans" on a tenu jusqu'à deux ans. Je m'étais dit "pas de jeux vidéos avant 6/7 ans", elle a eu un appareil photo V-tech pour son anniversaire et elle a fini par comprendre qu'il contenait des jeux vidéos. Je suis certaine qu'elle aura un portable bien avant l'âge que je trouverais moi-même raisonnable...

Quand à ce qui se passe chez les autres, notamment chez la nounou, j'ai pour principe de ne pas m'en méler. Je confie mes enfants à des personnes en qui j'ai confiance, après, ce qui se passe là-bas est hors de ma portée. Chez mes parents les règles sont différentes, chez la nounou la pratique est différente. Pour moi l'essentiel est qu'à la maison, il y ait cette base qui lui apprenne que les écrans ça s'utilise avec raison et modération.

vendredi 3 février 2017

Sans éponge, essuie tout, coton, ni tawashi

Les éponges, c'est pas super écolo, on le sait : ça s'abime vite, c'est jetable à souhait, c'est pas très hygiénique en plus. Mais comment les remplacer ? 

La mode actuelle est aux tawashi. 
Pour celles et ceux qui débarquent les tawashi sont des éponges faites maison réalisés en tissage ou en crochet, avec de la laine ou des t-shirts de récup.
Le tawashi c'est génial : c'est facile à faire (y parait) et c'est lavable et tout.

Ouais ben, ça à beau être japonais, pour une fois, ça m'inspirait pas. 
Déjà, j'ai pas de t-shirt à dézinguer, et aucun crochet à la maison. Pas envie de me faire un métier exprès pour ça.
Et puis je sais pas vous mais moi ça : 

Photo prise ici, un article complet sur les tawashi
si néanmoins vous souhaitez en fabriquer.

Ça reste un truc qui pendouille tout mouillé pour sécher et qui doit contenir plein de cracrasseries et d'humidité accumulée.

Ce sont une fois de plus les coupains de La bienveillance en famille qui sont venus m'inspirer à bon escient.
Ils affirmaient avoir remplacé leurs essuies-tout par des morceaux de serviettes éponges. 
J'ai trouvé l'idée très bonne et surtout, je ne me suis pas limitée au remplacement des essuies-tout.

Il se trouve que par chance, j'ai hérité de ma grand-mère de tout un stock de mini serviettes éponges qui sont parfaites, mais les vieux bavoirs, les gants de toilettes usés ou tout autre chose font très bien l'affaire aussi.

Ces petites merveilles remplacent donc avantageusement éponges, essuie-tout et coton, vu que de petits morceaux de serviette font aussi très bien l'affaire pour démaquiller et débarbouiller en lieu et place des cotons de soins quotidien (je ne parle pas des cotons de la pharmacie, c'est autre chose).

C'est lavable, efficace, ça ne demande pas forcément de compétences de fabrication (mais si vous êtes une adepte de la machine à coudre, il y a moyen de faire de jolies choses bien proprettes).

Adopté à 100% à la maison.

 

jeudi 2 février 2017

Le coin toilette des enfants

Un bureau pour enfants inutilisé, un truc à barreaux chiné dans les restes des anciens proprios et on obtient un meuble de toilette au top pour ma coquette de fille... Qui a plus de breloques que sa maman.
































check list - article fourre-tout

Il s'est passé tellement de choses et ces dernières semaines que mon recap de check-list maison me parait lointain.
C'est fou la propension que j'ai sur le net à faire strictement l'inverse de ce dans quoi je me lance ou que j'annonce. C'en est pathologique.
Il a donc suffit que je décide de recycler mon vieux blog pour en faire un journal de motivation du tri dans la maison pour que je m'y mette de moi-même (et avec l'aide précieuse de Charlie) tellement à fond que j'ai avancé à une vitesse délirante et sans prendre toujours le temps de glaner les clichés qui auraient été intéressants. Surtout que dans le même temps je commençais à m'éloigner des écrans et que du coup, la motivation pour écrire les articles m'a beaucoup manqué.

Du coup tout à tellement changé, et vite et tout rechange tellement dans ma maison que je n'arrive plus à me suivre moi-même. Donc le journal de rangement, ça ne fonctionne pas vraiment pour moi.

Mais j'ai l'intention de garder mon blog journal pour d'autres avancées (écologie au foyer, jardin et autosuffisance, bidouilles personnelles, projets, que sais-je) (non mais ne m'écoutez pas quand je dis ça de toutes façons je ferais sûrement le contraire...)

Alors je vous compile quand même ce qui me semble sympa à partager dans cet article fourre-tout, histoire de passer à autre chose mais de rigoler quand même un bon coup (à mes dépends, je vous rassure).

Vous avez dit versatile ? 

Moi ? A peine.
Quand vous disais que j'avais du mal à me suivre moi-même.

Ca, c'est notre coin lecture le 1 premier octobre.


J'étais tout fière d'avoir fait cette jolie cabane qui a servi.... 3 jour.

Et puis c'est devenu ça :

puis ça : ou l'inverse, je sais plus. 

Et au final mon mari a du virer le coin pour accueillir ma belle-famille à noël donc le gros canapé s'est retrouvé dos au mur sans plus aucun aménagement particulier. En voyant ça je me suis exclamée "Oh ! Mais c'est géniiiiiial ! Ça ouvre la pièce à mort, on a un vrai vis à vis avec l'autre canapé et ça sera moins embêtant pour l'aspirateur ".

[pas de photo]

Moi qui me suis triturée la tête pour des aménagements "spécial enfants" pendant des mois (des années).....

Et ça fonctionne à mort.

4 changements en 3 mois.

Toussapoursa....



La cuisine : le mammouth de ma check-list

Il nous aura fallu 4 heures à deux pour dégraisser le mammouth de rangement que constituait ma cuisine.

Ce n'était plus un tri c'était une purge !
Preuve en est, cette photo que Charlie a absolument tenu à faire pour montrer le nombre d'éplucheur que j'avais dans mes tiroirs !


Petit avant/après :



Et voici ce qu'on a bazardé  :


 Tadaaaaaam (oui, bon tadaaaam rien du tout puisque je n'avais pas pris de photo avant, disons que avant c'était... les portes de l'enffffeeeEEeeeeer. Un truc du genre)



C'te coup de d'vieux...

Le nido de mon fils, c'est devenu ça :


Vous le sentez avec moi là, le coup de vieux ? Celui qu'on prend quand votre fils possède désormais une table : une TABLE ! et plus aucun tapis de sol parce qu'il évolue DEBOUT.

Et ma fille possède désormais un bureau. Un BUREAU ! (article à venir) (ou pas)

Bouhouuuuu !



Ces petites victoires un peu ridicules sur la to-do list qui font du bien 

J'avais acheté Alice pour 2 sous en brocante comme accessoire d'une séance photo et au moment de la bazarder, son visage m'a happé. Ses grand yeux bleus clairs, son petit nez, ses bonnes joues.
Oui mais voilà, Alice souffrait d'un problème capillaire assez rude et semblait-il incurable.
C'est en voyant les gueules d'endive des poupons en supermarché que ma décision fut prise : j'allais sauver Alice.
3 ans, une perruque blonde et quelques clous plus tard, c'est enfin chose faite.
Alice s'appelle désormais Neyah et elle a trouvé une place dans le coeur de ma fille (qui ne joue pas à la poupée... Mais tant pis)
Croyez le ou non : this made my day...



Grande victoire aussi : Un an après sa naissance, mon fils a enfin son attrapeur de rêves !
C'est en recyclant le tissage circulaire que j'ai réalisé avec mon fils au sein que j'ai enfin trouvé le moyen de finir ce dreamcatcher qui défiait mon inspiration depuis des mois et des mois. En fait il attendait juste les bons éléments.




Allez, je vous laisse, j'y retourne.



jeudi 22 décembre 2016

Check list maison - la salle de jeux

Je n'ai pas beaucoup publié pour cause de période de maladie (contagieuse en plus!!), mais j'ai profité d'être cloitrée à la maison un mois et demi pour avancer dans mes aménagements.

Je peux enfin mettre une petite croix dans bien des cases de ma check list et s'il en reste encore pas mal, ça fait du bien.

Une croix que je suis contente d'avoir pu cocher c'est la salle de jeux * !!

*(de jeux, pas de "travail" ou "d'activité" ou autre, ça ça se passe au salon quand ça se passe)

Vu que, avant, la salle de jeux c'était ça :


J'avoue j'ai bien choisi mon moment pour la photo, nous avions reçu la visite des filles d'un de mes cousines et j'avais dit que comme c'était en attente de réfection, elles pouvaient faire du bazar....
Mais en vrai, cette pièce ressemblait souvent à ça et surtout, la pièce et une bonne partie de son contenu ne servait pas (vous auriez envie de jouer ici vous ?)

J'ai filé chez ikea -encore, oui, mais c'est comme ça, je suis fan de leur rangements pour enfants ! J'ai passé pas mal de temps à chercher sur quoi j'allais tabler, mais rien à faire, exit les meubles en bois au cachet ancien dont j'étais fan : Kallax mon amour.
Franchement, ces étagères à casiers me "mettent en joie" par leur aspect simple, organisé et qui facilite tellement le rangement. 

Après un après-midi passé à aménager et quelques soirées à customiser les étagères*, ça donne ça :


C'est mieux non ?

Pour ce faire, j'ai ré-utilisé mes conclusions :
- chaque chose doit avoir une place, etc.
- un enfant ça joue par terre, alors pas la peine de s'em****der à faire tout un univers meublé. J'ai même fini par virer la table basse et je ne le regrette pas.
- les enfants pour jouer on surtout besoin d'espace.

J'ai quand même tenu à scinder la pièce en deux parties : plus ou moins jeux d'imitation et plus ou moins construction, création d'univers. + un coin matelas cousin pour se poser, faire les foufous, dormir (dormir ? Mouarf), etc.


 
Question déco on est bien loin de l'univers Steiner -Waldorf que je voulais au début mais c'est avant tout une pièce pour mes enfants, et à fortiori mon ainée et cette déco lui ressemble.  
Je suis d'ailleurs contente d'avoir trouver le lieu idéal pour afficher toutes les œuvres qu'elles nous ramène de l'école. 
C'est encore plus personnel du coup. 


Pour l'anecdote, je ne suis certes pas une pro de la déco loin de là, mais j'aime beaucoup la façon dont on a customisé les étagères.
J'étais partie pour acheter les jolies étagères vertes et roses pales, vu à la maison des jeux mais Ikea applique apparemment un principe bizarroïde du "y a des couleurs qu'on ne propose que pour un temps donné". Spontanément je me serais tournée vers les imitations bois mais ce coup-ci, ça ne m'inspirait pas. A défaut, j'ai pris du blanc, la troisième couleur de la chambre. A mon retour, Minimog m'a littéralement engueulé parce qu'elle n'aimait pas le blanc (je la comprends du reste, moi non plus je suis pas fan).
C'est en allant chercher de la colle pour un atelier de l'arbre à noyaux que nous sommes tombées sur des papiers autocollants à motif pas bien onéreux et ma fille a jeté son dévolu sur un marbre rose (alors que mon regard, toujours conditionné visait encore l'imitation bois). Des meubles en full-marbre, ça aurait été un brin kitsch je pense, mais en tâtonnant on est arrivées à ces lisérés roses et bulles qui donnent un cachet  rigolo à la pièce sans en faire des tonnes. C'est assez rose pour ma fille, c'est assez soft pour moi.



Même cette sacro-sainte Reine des neiges a trouvé une place assez discrète sur une porte. Ça a suffi pour que ma fille considère qu'elle avait une "salle de jeux Reine des neiges" (je pense aux parents qui ont dépensé des fortunes pour acheter les meubles et la tapisserie sur le thème, un poster suffit en fait ^_^)


Question quantité de jouets, je trouve qu'on s'en sort pas mal. Certes, c'est toujours trop, et il y a des redites incompréhensibles (le château cendrillon + les budkins + les barbies + les poupées par exemple), mais pour des victimes de la société de consommation du 21ème siècle, je trouve qu'on est pas trop mal.

Certes, on ne voit pas le contenu du panier à déguisements.


Ni les réserves dans le couloir. Mais si on y regarde de plus près, ce sont des réserves de puzzles, de livres, de kaplas et d'instruments de musique (et des jouets en bois pour bébé avec lesquels mon fils ne jouera sûrement jamais mais ce sont des cadeaux...).
Bon, ça va, des réserves de ça, ça compte pas non ?



 Il manque 2/3 petites touches : quelques coups de peinture et un custom sur le panneau liège mais...

Conclusion : cet espace fonctionne A DONF !

Non seulement la puce y joue mais elle y joue SEULE. Et en plus on peut inclure son frère quand il est présent et ça se passe au poil (il est fan de la cuisine, et dire que j'hésitais à la virer). Et en plus on a pas à se battre pour le rangement, elle l'a intégré de suite et ça c'est un pur MIRACLE (comme quoi l'environnement joue beaucoup sur ce point). Et en plus on s'y sent bien. Moi-même j'aime passer du temps dans cette pièce et il arrive le soir que je préfère y squatter plutôt que dans mon salon qui est de nouveau en bazar...
Je trouve que cette pièce invite au respect des jouets qui s'y trouvent, et aussi des personnes qui y jouent. Je suis très satisfaite de ça. 

Salle jeux : CHECK !

Désormais pour me suivre, c'est par là